FSALE
Communication oblige...

Communication oblige...

  Traditionnellement, nous avons tout le mois de janvier pour formuler nos voeux, permettez-nous de vous présenter les nôtres, ceux de la COM, mais rassurez-vous, ce n'est que de l'humour...…

Les héros de toutes les guerres: 14/18: leg Raoul-Gervais Lufbery

Les héros de toutes les guerres: 14/18: leg Raoul-Gervais Lufbery

LES HEROS DE TOUTES LES GUERRES-14/18.    Légionnaire, puis pilote d’avions. Raoul Gervais LUFBERY Né à Chamalières, Puy- de- Dôme, le 14 mars 1885, d’un père américain, William LUFBERY et…

-->

 

Les Genevois, Jurassiens et autres Fribourgeois qui ont combattu à Verdun étaient, en majorité, des Français installés en Suisse, tel le Bullois Radraux, qui a tenu son journal de guerre. Sur le front de la Somme, l’engagement massif des Suisses dans la Légion étrangère fut endeuillé par la terrible prise de Belloy-en-Santerre.

 

Le 21 février 1916, l’armée allemande lance une grande offensive contre la forteresse de Verdun, réputée imprenable. Les combats, qui dureront jusqu’en décembre, feront plus de 300'000 morts.

 

«Bataille totale», Verdun fut pour la France le symbole même de la Grande Guerre: les deux tiers des divisions françaises passèrent par Verdun. «Celui qui n’a pas fait Verdun n’a pas fait la guerre», affirmait, un peu injustement, le soldat et écrivain Jacques d’Arnoux.

 

Selon le site du ministère français de la Défense Mémoire des hommes, 77 combattants nés en Suisse sont morts dans les environs de Verdun durant les dix mois de combats. Soldats appartenant à des régiments d’infanterie pour la plupart. «Tué à l’ennemi», indique, pour la majorité d’entre eux, la fiche administrative rédigée pendant ou après la guerre. Une expression parlante qui signifie, en langage d’aujourd’hui: mort au combat, témoins à l’appui.

 

L’engagement suisse: un chiffre incertain

 

Combien étaient-ils, ces Suisses embrigadés dans la Légion qui ont combattu côté français en 14-18? Dans son livre sur le service des Suisses à l’étranger, «Honneur et fidélité», Paul de Vallière estime à 14’000 le nombre de légionnaires suisses. Un chiffre sans doute trop élevé. Les Suisses ont «toujours formé un peu plus du tiers des régiments étrangers», écrit en 1916 Gauthey des Gouttes, qui préside le comité des Suisses au service de la France. Ce dernier évalue leur nombre à «environ 2500 à 3000 hommes».

 

Quant à Walter Scher, légionnaire au 1er régiment étranger, il écrit après-guerre qu’«il y a eu, depuis le début de la guerre, plus de 39’000 engagements, de tous les pays du monde, dans ces régiments d’élite. Sur ce nombre, 8000 étaient des Suisses».

 

Qui sont-ils, ces Baudet, Béguin, Blesmaille, Paccard, Paicheur, Rey, Tavernier, Weiss, etc., dont les fiches respectives ne précisent pas la nationalité? Pour la grande majorité des Français installés en Suisse. «La loi en vigueur en France, précise l’historien Jérôme Christinaz, régie par l'Ordonnance royale du 10 mars 1831, ‘ne permet l'engagement des étrangers dans les troupes françaises que si ces engagements sont contractés pour la Légion Etrangère’.» Or, la Légion étrangère ne participe pas aux combats à Verdun.

 

Naturalisation facilitée

 

Toutefois, ajoute Jérôme Christinaz, «il ne peut être exclu, et il est même probable, que des Suisses fraichement naturalisés aient participé à la bataille de Verdun. En effet, les aménagements législatifs du début de la guerre ont permis à de nombreux étrangers, dont des Suisses, d'obtenir une naturalisation facilitée, à la condition de contracter un engagement volontaire pour la durée de la guerre.»

 

Ces naturalisés ont renoncé à la nationalité helvétique pour se battre contre les Allemands. C’est sans doute le cas de François Émile Héritier, né à Granois, dans la commune valaisanne de Savièse, incorporé depuis 1914 au 267e régiment d’infanterie. Ou du Suisse allemand Gottfried Hegglin, tué le 20 avril à Cumières. 

 

Le parcours de ces soldats, Suisses ou Français de Suisse, suit les aléas dramatiques de la bataille. Fin février, la terrible offensive allemande emporte l’Uranais Rutschmann et le Jurassien Waldt.

 

Le Valaisan Héritier et l’adjudant genevois Delarze tombent lorsque les Français tentent de reprendre Cumières fin mai. Détruit, Cumières-Le-Mort-Homme ne sera pas reconstruit après-guerre. 

 

Fin octobre, le vent a tourné au profit de la France. Le 230e régiment est chargé «d’enlever et de nettoyer tout le système de défense ennemi en direction du bois Fumin et de l’étang de Vaux.» Une opération meurtrière: une dizaine de Romands y laisseront leurs vies.

 

Le Verdun du Bullois Radraux 

 

Raphaël Radraux a plus de chance. Directeur du Corps de musique de la Ville de Bulle, il est mobilisé comme tous les Français en août 1914. En juillet 1916, il se retrouve à Verdun. Dans son journal, dont des extraits ont été publiés en 2009 dans les Annales fribourgeoises par l’historien Pierre-Alain Stolarski, il raconte le «spectacle inoubliable». 

 

«Tout le ciel est en feu, c’est un bruit assourdissant. On voit de tous côtés des langues de feu sortir de la bouche des canons. Les départs des grosses pièces vous donnent l’impression de rugissements de lions (...) Rendez-vous compte chers lecteurs de ce que peut représenter comme bruit, et comme ravages, 3200 pièces qui tirent pendant 8 à 10 heures par nuit.» 

 

Musicien de troupe, brancardier, Radraux décrit le transport périlleux des blessés. «La zone à traverser est complètement ravagée par les obus, dans certains de ces trous, on peut y mettre une voiture avec un cheval. Pour transporter un blessé à 4 brancardiers sur les épaules, il faut contourner tous ces trous d’obus, il faut marcher sur le rebord continuellement. Pendant toute la nuit, les Français et les Allemands lancent des fusées éclairantes (…) A chaque fusée éclairante, il faut se baisser pour ne pas se faire repérer.»

 

Radraux terminera sa guerre en 1917, grièvement blessé mais vivant, et retrouvera son canton de Fribourg.

 

 

 

Le drame suisse de la Somme

 

Pour la Suisse et sa tradition alors finissante de «service à l’étranger», la bataille de la Somme sera bien plus meurtrière. Entre le lancement de l’offensive franco-anglaise, le 1er juillet 1916, et la fin des combats en décembre, 130 soldats nés en Suisse périssent au front. 

 

Des Helvètes pour la grande majorité, engagés dans la Légion étrangère. Prévue de longue date par les Alliés, l’offensive commence mal. Partant gaiment au champ de bataille comme à Waterloo, les «Tommies» mal préparés sont laminés le 1er juillet par les mitrailleuses «boches». Bilan terrifiant: plus de 20’000 morts et 35’000 blessés, «record mondial dans une guerre conventionnelle», précise l’historien Alain Denizot.

 

Quelques kilomètres plus au sud, ce même 1er juillet, le Genevois Gustave Marolf, du 1er régiment de marche de la Légion étrangère, écrit à son frère Alphonse. «Je t’écris, profitant d’une accalmie du combat, pour t’annoncer que je viens d’être nommé capitaine sur le champ de bataille. Réjouis-toi avec moi. Tu ne peux pas te faire une idée de la préparation d’artillerie que nous faisons. En t’écrivant, c’est un roulement ininterrompu de tous les calibres, nous assourdissant littéralement.» 

 

Puis, plus de nouvelles. A Genève, Alphonse s’inquiète, s’enquiert auprès de l’armée française. Enfin reçoit, deux mois plus tard, un courrier signé par le général Fayolle. «Brillant officier, d’un allant admirable. A rallié les éléments de deux compagnies après l’enlèvement d’un village énergiquement défendu et est glorieusement tombé à leur tête.» 

 

«Tué à l’ennemi». En guise de consolation, une Croix de guerre avec palme. Sous le choc, Alphonse se lance dans une enquête éprouvante sur les circonstances de la mort de Gustave. Il apprend que son frère fut blessé le 4 juillet, sous l’œil droit. «Il refusa catégoriquement de se laisser évacuer», lui communique le commandement de la Légion.

 

Il recueille le témoignage du légionnaire vaudois Bailly, secrétaire de Marolf, dernier à l’avoir vu vivant. «Dans l’après-midi du 5 juillet, porteur d’un ordre pour mon capitaine, je réussis à le découvrir, après mille détours dans les boyaux. J’arrivai auprès de lui, un instant après l’explosion d’un obus d’un tir de barrage de l’artillerie allemande. Le capitaine Marolf était couché dans le fond de la tranchée, grièvement blessé à la poitrine.» Il mourra sur son brancard. 

 

Carnage à Belloy 

 

Les 4 et 5 juillet 1916, 44 Suisses succombent, comme Marolf, lors de la prise de Belloy-en-Santerre. Ce village, situé à l’est d’Amiens, ressemble à une forteresse. C’est la «position la plus forte et la mieux défendue du monde», disait Churchill. 

 

Le capitaine de Tscharner, qui compte dans sa famille douze soldats au service du roi de France, raconte l’assaut du soir du 4 juillet. «A 300 mètres du village, prise d'enfilade par un feu terrible de mitrailleuses ennemies dissimulées dans le chemin Estrées-Belloy, la 11e compagnie avait cruellement souffert. Dans un espace de terrain relativement étroit, tous les officiers et sous-officiers étaient tombés. L'immense prairie, aux herbes incultes, était couverte de blessés.» Tscharner s’en sort avec une blessure à l’épaule. 

 

Tard le soir, le régiment de marche de la Légion étrangère dresse le bilan «positif» de la journée: Belloy est prise, entre 700 et 900 Allemands sont faits prisonniers. Mais 5 officiers et 112 sous-officiers et soldats manquent à l’appel, sans compter 131 disparus. Parmi eux, les soldats suisses Burki, Chopard, Desarzens, Hofstetter, Jotterand, Morgenegg, Thalmann et tant d’autres dont certains, blessés, décéderont le 5 juillet. 

 

SOURCE / swissinfo

 

IMAGE
Communication oblige...
mercredi 10 janvier 2018
  Traditionnellement, nous avons tout le mois de janvier pour formuler nos voeux, permettez-nous de vous présenter les nôtres, ceux de la COM,...
IMAGE
Les héros de toutes les guerres: 14/18: leg Raoul-Gervais Lufbery
mardi 9 janvier 2018
LES HEROS DE TOUTES LES GUERRES-14/18.    Légionnaire, puis pilote d’avions. Raoul Gervais LUFBERY Né à Chamalières, Puy- de- Dôme, le 14...
IMAGE
Décès de l'ancien adjudant-chef Kurt Hans Nied
samedi 6 janvier 2018
Nous apprenons le décès de l’ancien adjudant-chef Kurt Hans Nied, ancien président des médaillés militaires d’Aubagne. Ses obsèques auront...
IMAGE
Maison du légionnaire: Décès du caporal-chef (er) Gunter Einenkel
vendredi 5 janvier 2018
Le Lieutenant-colonel (er) Zlatko SABLJIC, les pensionnaires de la Maison du Légionnaire ont le regret de vous faire part du décès de l'ex...
IMAGE
Commémoration et fête de fin d'année pour l'amicale de Vienne
vendredi 5 janvier 2018
  les membres et amis sympathisants de l’amicale de Vienne ont fêté Noël Le 15 décembre 2017, Pour les membres et amis sympathisants de...
IMAGE
invitation à la projection privée:"Jeunesse aux coeurs ardents"
jeudi 4 janvier 2018
  Invitation à la première du film: "Jeunesse aux coeurs ardents" 19h30 à l'Ecole militaire                              
IMAGE
décès du général Jean-Pierre CLER
jeudi 4 janvier 2018
Nous venons d'apprendre le décès du général (2s) Jean-Pierre CLER, ancien chef de corps du 1er Régiment Etranger de 1984 à 1986. Ses obsèques...
IMAGE
Partage mémoire: "Les couleurs du temps"
jeudi 4 janvier 2018
Les couleurs du temps Il peut paraître indécent, voire malsain de s’inviter à ses propres funérailles, cette situation est à priori...
IMAGE
La bataille d'Orléans: 11octobre1870 par le major (er) Hubert Midy
mardi 2 janvier 2018
  Première intervention de la Légion étrangère sur le sol national.                   Mort du commandant ARAGO....
IMAGE
"Titi" ou l'homme des bois...
dimanche 31 décembre 2017
C’est son écriture qui le trahit. Une de ces écritures inoubliables. Chacune de ses lettres est un tableau, écrit à la plume, avec ses pleins...
IMAGE
Maison du légionnaire: Noël en musique
samedi 30 décembre 2017
Le 23 décembre 2017, à 08h00, heure très matinale, à la “Maison du légionnaire” à Auriol, le général COMLE commençait le périple de ses...
IMAGE
Médaille militaire pour l'ancien caporal-chef Antonio Gonzales
vendredi 29 décembre 2017
L'AALE des Hautes-Pyrénées a eu l'honneur de voir décoré de la Médaille Militaire l'ancien Caporal-chef Antonio GONZALEZ au cours de la...
IMAGE
1833 - 1834: Premiers combats de la Légion étrangère
vendredi 29 décembre 2017
Histoire. 1833 & 1834. La Légion s’installe et livre ses premiers combats contre les tribus ralliées à l’émir Abd el-Kader.   Mais les...
IMAGE
2018: commémoration du centenaire de la Grande Guerre
mercredi 27 décembre 2017
2018 : fin de la commémoration du centenaire de la Grande Guerre : Il est toujours intéressant en amorçant le début de cette nouvelle année...
IMAGE
JO du 10 .01.1918: Légion d'Honneur pour le Drapeau du RMLE
mardi 26 décembre 2017
Le 10 janvier, décoration du drapeau (JO du janvier 1918): « A l’issue du coup de main du RMLE, effectué le 8 janvier, avec le succès que...
IMAGE
Le mot de Noël du Président Fédéral
dimanche 24 décembre 2017
"Sentinelle" par Louis Perez Y Cid   Chers Anciens, chers Camarade, Mesdames, Messieurs,   "Noël est une des fêtes les plus importantes de la...
IMAGE
Conte de Noël 2017 par Louis Perez Y Cid et CM
dimanche 24 décembre 2017
Aquarelle de Louis Perez Y Cid pour le conte de Noël 2017   "Il s’était perdu, comme le font un si grand nombre d’entre nous, puis, il avait...
IMAGE
Décès de Fabienne Monclar épouse du colonel (er) Bernard Dufour
vendredi 22 décembre 2017
Nous apprenons le décès de madame Fabienne Monclar, épouse du colonel (er) Bernard Dufour survenu le jeudi 21 décembre 2017. Ses obsèques auront...
IMAGE
Merci aux Bénévoles
vendredi 22 décembre 2017
  Nous souhaitons rendre hommage à tous les bénévoles sans lesquels l’image de notre communauté d'anciens légionnaires n’aurait pas les...
IMAGE
Ordre de bataille du RMLE au 1er janvier 2018 (par H.Midy)
jeudi 21 décembre 2017
ORDRE DE BATAILLE DU RMLE au 1er janvier 1918 Chef de Corps : lieutenant-colonel ROLLET- Capitaine adjoint : De LANNURIEN- Lieutenant BUGNAZET :...
IMAGE
Amicales Aubagne et Vaucluse au Royal étranger
jeudi 21 décembre 2017
Le Colonel Olivier Baudet, chef de corps du 1er REC  a convié les anciens d'Aubagne et du Vaucluse le mercredi 20 décembre 2017 au camp de...
IMAGE
lettre du BARLE de Décembre
mercredi 20 décembre 2017
IMAGE
Noêl à la FSALE
mercredi 20 décembre 2017
Il est coutume de dire que ce qui se renouvelle plusieurs fois, devient incontournablement une tradition. C’est ainsi que cette année “encore”...
IMAGE
Clin d'oeil à Isabelle, secrétaire de la FSALE.
mardi 19 décembre 2017
  Voici maintenant 25 ans que madame Isabelle Dezoteux occupe les fonctions de secrétaire à la Fédération des Sociétés d’Anciens de la...
IMAGE
Repas de Noël pour l'Amicale d'Aubagne et sa région
jeudi 14 décembre 2017
Fort d’un effectif de 90 participants correspondant à la capacité de la salle à manger de la “Popote” de l’Institution des Invalides de la...
IMAGE
11 novembre avec l'Amicale Irlandaise.
mercredi 13 décembre 2017
La commémoration de l’armistice célbrée ce 11 novembre 2017 a été marquée cette année, par une collaboration active des ambassades de France...
IMAGE
Décès de l'adjudant-chef (er) Tibor Szecsko
samedi 9 décembre 2017
Adc (er) Tibor Szecsko au musée de la Légion   Nous apprenons le décès de l'adjudant-chef (er) Tibor Szecsko, ancien conservateur du musée de...
IMAGE
Médaille de la FSALE: Session de Noël 2017
vendredi 8 décembre 2017
Médaille de la FSALE Distinction honorifique spécifique à la FSALE, la « Médaille de la Fédération » est destinée à récompenser les...
IMAGE
Maison du légionnaire: Décès de François Fernandez
jeudi 7 décembre 2017
Le Lieutenant-colonel (er) Zlatko Sabljic, les pensionnaires de la Maison du Légionnaire ont le regret de vous faire part du décès de l'ex...
IMAGE
Un légionnaire hors normes
jeudi 7 décembre 2017
Peintre, espion du Tsar, légionnaire au front, puis interprète et brancardier. PREAMBULE : Alexandre Zinaview, de son vrai nom Petrovitch...

amoilalegion.png

Qui est en ligne TPL_ALTCOLLAPSE

Nous avons 149 invités et aucun membre en ligne