FSALE

Combien existe-t-il de ces gens sans importance qui espèrent s’élever dans l’échelle sociale et sont broyés par des communautés de snobs qui ne leur donneront pas la moindre chance. Cette femme avait laissé l’impression si vague qu’on ne se souvenait même pas de son nom dans la communauté où elle avait pourtant séjourné en tant que compagne de légionnaire.

 

Une grande partie de sa vie active, elle l’a passé comme “femme au foyer”, elle était de celles qui, administrativement, était sans profession. Venu d’un ailleurs lointain, elle était une de ces femmes “au foyer”, celles qui réalisent la majeure partie des tâches du ménage: entretien domestique, achats, épluchage… du budget, repas, surveillances et éducations des enfants. Lors du décès de son compagnon de vie, elle devenait administrativement “parent isolé”. Isolée?voilà bien une expression qui lui correspondait parfaitement. Cette super-maman subissait aussi souvent les agressions fréquentes de dépressions, conséquences incontournables d’une vie difficile où se subissait le sentiment d’être victime d’une situation malgré tout acceptée mais dont les contraintes et les obligations s’étaient accentuées jusqu’à devenir insupportables.

Quand le mari ou le compagnon viennent à disparaître, elles ne sont plus rien, elles entrent dans une forme d’anonymat, elles n’existent tout simplement plus pour cette communauté particulière fut-elle légionnaire, sa principale rivale quant à partager  l’emploi du temps de son “homme”.

Ce dernier, souvent épuisé par une journée harassante n’avait que l’ envie d’être au calme pour récupérer d’une activité toujours plus envahissante et l’âge venant…

Lors du décès de son conjoint, celui-ci lui laissa peu d’argent pour faire face et survivre; ils n’étaient mariés mais elle parvient néanmoins à bénéficier d’allocations de solidarité aux personnes âgées (ASPA) actuellement un peu plus de 600 euros par mois.

Qui encore pensait à elle, il y a tellement longtemps qu’elle avait quitté la vie “active”, son souvenir remontait au temps de la mise à la retraite de son compagnon.

Elle cherchait les renseignements pour améliorer sa petite condition matérielle de vie, mais ne faisait plus appel aux assistants sociales qui ne répondaient jamais à ses sollicitations et il lui semblait bien qu’elle les ennuyait. Récemment elle s’était modernisée avec la navigation sur l’internet d’une de ses filles et participa à des forums réussissant à mettre une pause à sa solitude jusqu’à oser: “j’ai 72 ans, élevé 9 enfants, ai-je droit à quelque chose ? combien environ? Dites moi quoi faire SVP !”

Elle s’est éteinte sans avoir d’autre maladie que d’être épuisée; trois de ses enfants qui avaient gardé le contact avec leur mère étaient là pour sa mise en “terre commune” dans le cimetière du village qui l’hébergeait.

A Dieu Madame, à l’annonce de votre décès je me souvenais surtout de votre gentillesse,de votre dignité et de votre élégante beauté, je regrette beaucoup que la vie ne vous ait aucunement épargnée et que vous n’ayez point trouvé cette solidarité que vous recherchiez sans  jamais la rencontrer… mais existe t-elle vraiment au delà des mots ? Il n’y a pas si longtemps j’entendais dire: “que l’on ne pouvait pas prendre toutes les misères du monde en compte…”. Alors …

Christian Morisot - Communication FSALE

Qui est en ligne TPL_ALTCOLLAPSE

Nous avons 95 invités et aucun membre en ligne

congre24.jpg